LA UNE DE L'ADAMANTINE
L'ADAMANTINE STRIPOLOGIQUE
L'ADAMANTINE LITTERAIRE ET POPULAIRE
L'ADAMANTINE ARTISTIQUE ET MONDAIN
L'ADAMANTINE EN ESTAMPES
L'ADAMANTINE STIRPOLOGIQUE

MISCELLANEES LITTERAIRES ET POPULAIRES

Splendeurs des Munsey Magazines

Austin Hall et Homer Eon Flint, The Blind Spot, Argosy-All-Story Weekly (14 mai 1921-18 juin 1921)


The Blind Spot d'Austin Hall et Homer Eon Flint, paru en feuilleton dans Argosy, en 1921, fut extraordinairement populaire chez les amateurs de fantasy. Dix-neuf ans après sa parution initiale, les lecteurs de Famous Fantastic Mysteries le réclamèrent à la rédactrice-en-chef sur l’air des lampions et obtinrent la première moitié, en feuilleton, dès le numéro six, daté de mars 1940, puis le roman complet dans la revue sœur, Fantastic Novels, numéro daté de juillet 1940.

Après un excellent départ, le récit est mortellement ennuyeux et terriblement confus. Le « point aveugle » du titre est un point de passage entre notre monde et un monde parallèle. Deux savants, de part et d’autre du point de contact, ont réussi à entrer en communication et, au début du récit, le mystérieux Rhamda Avec (Avec est son nom de famille) apparaît dans notre monde et éveille la curiosité car il est étonné par tout ce qu’il voit, y compris le soleil ou un ciel étoilé, tandis que le Pr Holcomb disparaît.

La suite du récit, centrée autour de la maison où se situe le point de passage, emprunte à l’histoire de détective, au roman occulte, voire à l’histoire fantastique (un mystérieux joyaux, lié au Blind Spot, épuise les forces vitales des malheureux jeunes hommes qui le portent).

Dans une deuxième moitié, nous suivons l’un des nombreux et interchangeables jeunes héros dans le monde parallèle, et il s’ensuit un classique, et très ennuyeux, conte de fées à la E. R. Burroughs, avec belle princesse et intrigues de palais.

La bonne surprise du roman est la partie médiane, écrite par Homer Eon Flint (le reste étant de la plume d’Austin Hall). Il s’agit d’une excellente histoire de détective de l’impossible, les particularités de la maison qui contient le Blind Spot étant décrites comme dans une histoire de hantise, avec aberrations spatiales (la boiserie d’une porte « boit » la peinture ou tout autre liquide, et ces liquides versés se retrouvent en flaque à la cave), et communication spiritoïde avec les malheureux qui sont prisonniers du Blind Spot.

La suite, parue onze ans plus tard, s'appelle The Spot of Life.

Harry Morgan

Retour au sommaire